#2 – L’Escamonaute. Cinquième partie : Errance spationautique

Errance spationautique par Ben Ytruso et Cannelle Mekki

C’est celui de l’inconnu.e du bar, là, devant moi. C’est un être ni homme ni femme ou homme et femme à la fois, élancé.e et élégant.e, au visage argenté et au regard azur perçant.

Cette personne m’intrigue et m’interpelle. Je veux aller la voir mais je ne veux pas bouger. Pourquoi devrais-je échanger avec lui ? On ne se connaît ni d’Eve ni d’Adam comme disaient mes aïeuls. Ai-je vraiment le désir d’échanger avec elle? Je ne pense pas. Échanger avec un.e inconnu.e accoudé.e, c’est toujours un pile ou face. C’est pas sûr d’en sortir quelque chose de constructif. Tu y apprends des choses, vrai. Mais, généralement, c’est rarement une information digne du Pulitzer.

“Pluton ne fait pas partie du système solaire sauf pour les USA”

Super! Je vais pouvoir accrocher du monde avec ça. Bon, autant tenter sa chance avec lui, on sait jamais. Je pourrai bien m’en tirer avec un tuyau ou une histoire. Elle a quand même un faciès éloquent.

𓄰իլ – Bon …” Ah ! Bon. Ma tentative de communication a avorté. Un de ces camarades, surement, argenté comme lui, est apparu. Je l’imagine plus âgé. Il tire plus du côté de l’astéroïde que de la Lune. En tout cas, ça me conforte dans ma solitude cette rencontre insolite ! Il était le seul à m’avoir regardé dans les yeux depuis mon arrivée dans ce coin.

Un prompt tour de la salle et du comptoir me confirma ma dernière affirmation avec force. Une porte en métal, dans le coin de mon oeil, s’ouvre. “Enfin de l’activité !” Qu’est ce qui va sortir ? 10 tinkts que c’est un Plutonien.

Mitigé sera donc mon commentaire suite au souvenir de son anatomie. Dans la pénombre et dans un bar, mes capacités d’analyse sont affaiblies du fait des forces en présence. Mais il se prête pas bien au jeu. Cette manie de se couvrir une partie du visage complique mon affaire. Je parle affaire. Je mettrai plus cette suite de pensée sur le compte d’un ennui débonnaire qu’une activité trépidante . La vie dans les étoiles, on s’imagine rentrer dans la vie de Rackar et pour découvrir celle du petit astre, pensais-je en levant les yeux au ciel. Je cherche Orion. Alors, Orion, c’est le bonhomme avec la ceinture. Il est plus proche de la constellation du cygne ou celle du dragon, déjà. 

ԾՊբըոՂՆ ( Vous confondez mon Brave. Orion, c’est de l’autre côté. Celle que vous venez de citer sont plus côté Grande ourse et Étoile du berger)”

Un télépathe, apparement, venait de m’aborder. J’espère surtout qu’il allait pas me sabrer ma bonne humeur. Mon dialogue intérieur va devoir prendre fin. Ca va le vexer. Imaginons qu’il réponde à mes pensées et non à mes paroles, la conversation va tourner courte et probablement gênante.

-“Ah vous avez sûrement raison. C’est comme tout, j’imagine. Tout est une question de placement. Vous devez venir du centre non ? “ (j’espère ne pas le vexer. Je connais pas les us de ces engins.)

-“ Ce n’est pas un souci ! Vous me me vexez pas. Vous savez, nous, les télépathes, nous nous vexons très peu à cause des pensées de nos interlocuteurs. Je dirai que c’est une sorte de gymnastique d’esprit assez intéressante. Il s’agit en fait d’écouter mais aussi d’entendre. En écoutant ses pensées, on l’entend d’une certaine manière”

Je n’ai donc pas de grande surprise sur le déroulé d’une discussion avec un télépathe jusqu’ici. Niveau audition, il est bon. On ne peut pas lui enlever ça. C’est plus sur la partie dialogue que ça peut devenir fatiguant.

LIRE LA SUITE ICI


ESCADAVRES EXQUIS. Définition : Des œuvres à six mains qui mélangent illustration, récit et hasard.

II – Le texte :
Le premier rédacteur A rédige un texte. Il transmet sa dernière phrase au rédacteur B. B doit continuer le texte de A. Cette étape peut se répéter à l’infini.

I – Le dessin :
Une personne A’ reçoit les texte A+B. Il doit imaginer un dessin qui illustrerait les deux textes. Il envoie le quart droit de son dessin à B’. B’ reçoit un quart droit de dessin, et les texte B+C.


Errance spationautique. Le quatrième épisode intitulé Spleen atmosphérique, finissait par une phrase de Albane Pedone que vous trouvez en gras au début de ce texte. Ici, le texte est prolongé par Julien Philippon. La partie gauche du visuel est de Ben Ytruso. Pour la partie droite c’est Cannelle Mekki.

La suite, qui repart du visuel de Cannelle et de la dernière phrase de ce texte (en gras ci-dessus), est à découvrir dans le sixième épisode. Il y en a Sept en tout, qui forment une boucle.