[02.04.20] Résidence mensuelle au Tago Mago

L'Escamotagomago QUATER Visuel de Margot Sounack
Comme chaque mois, on passe faire un tour au Tago Mago avec nos bardas de vinyles. Comme chaque mois, Margot Sounack nous fait un visuel du tonnerre et on se charge du reste. L’occasion de boire une mousse en mangeant des burgers et de danser un coup. Pourquoi pas aussi nous proposer vos projets ou découvrir les nôtres ? Le tout dès 20 heures et jusqu’à fermeture du lieu. On en profite pour proposer des ateliers d’écriture, de coloriage, faire une criée, une expo… Le lieu ? D’où peut bien venir ce nom farfelu d’ailleurs ? On vous raconte tout ça.

PROCHAINE DATE : le 2 avril 2020

Tago Mago, l’île aux vingt mille

Le Tago Mago, avant d’être cette chouette cantine, c’est une île dans l’archipel des Baléares. Son nom signifierait “Le Rocher de Mago”, d’après le nom d’un des frères de Hannibal – le général carthaginois. L’île était déserte puis, située à moins d’un kilomètre au large d’Ibiza, elle n’a pas tardé à se faire sertir d’une villa luxueuse, la seule de l’île. Ron Wood a pu y débarquer en hélicoptère, louer un yacht… Le tout pour 20 000 euros la journée. Pour plus d’informations, voici un lien vers le site officiel.

Tago Mago, l’album fangio de Can

https://www.youtube.com/watch?v=m5SyBIoMwsM&list=PL313C43ED0BA58ACA&index=1
Can, c’est un groupe allemand né en 1968 qui a fusionné des styles tels que le jazz, le rock psychédélique et la funk – pour faire simple. Tago Mago est le nom de leur deuxième album, et vu l’ambiance du lieu dont nous vous parlons, vous devinez bien que le nom fait référence à cet album plutôt qu’à la mystérieuse île.C’est dans un château proche de Cologne et prêté par un collecteur d’art qu’ils enregistrent l’album, en 1971. Le bassiste du groupe Holger Czukay joue un grand rôle dans l’enregistrement de cet album. Alors que les sessions quotidiennes durent parfois jusqu’à 16 heures, il enregistre tout – et ce parfois dans l’ignorance des autres membres. Il recoupe les bandes, fait des montages et ainsi naît l’album.Dans une interview, voici ce que Czukay nous apprend :
Tago Mago est une oeuvre magique. Avant que Jaki (le batteur) n’intègre Can, il était sur le point de se suicider. Il jouait avec Chet Baker à Barcelone. De là, il est allé à Ibiza, et au Sud de cette île il y a un rocher qu’on appelle le Tago Mago. Mago veut dire magie, et Tago était le nom d’un magicien qui vivait là. Jaki était sur ce rocher et a failli s’en jeter car il pensait que sa vie n’avait plus aucun sens. Il me semble que c’est lui qui a dit qu’on devrait appeler l’album Tago Mago.Holger Czukay à Damon Krukowski, pour Terrascope. Lien ici
Le magicien que Czukay semble mentionner et auquel beaucoup d’articles font référence est Aleister Crowley. Mais ça, c’est une autre histoire.
Tago Mago, un lieu qu’il est bien pour aller manger, écouter des vinyles ou boire des bières ou faire les trois. Vous le trouverez au 6 rue Lucien Sampaix dans le dixième arrondissement de Paris.Si vous ne savez pas comment aborder Laurent qui y travaille, lisez le rêve qu’il nous a raconté. Ca fera toujours un point de départ.Merci à Margot Sounack pour les visuels. Pour voir celui qu’elle avait dessiné pour un article relatant les origines de la techno c’est par ici.Et ci-dessous le visuel du dernier événement !