L’Escamoteur : Un tour en deux temps

1- Disparition

C’est une personne discrète.
Dans un autre battement du temps, elle se faufile parmi la foule, ne résiste pas au
mouvement, se laisse porter et pourtant… elle ne se perd pas, elle se tient et sait
simplement qu’elle ne maîtrise pas la situation, tout la dépasse.
C’est là son secret : appréhender l’immense et le possible, se laisser submerger, être
traversée de part en part, souvent jusqu’aux éclats. Mais continuer de faire et être corps.
Ne pas vouloir se montrer, observer.
C’est dans cet état particulier, celui du retrait et des sensations, qu’elle trouve les
ressources nécessaires pour enfin entendre le coup de feu, le signal du départ.
Elle se lance.
Dans quoi ?
Le monde qui happe et, parfois, noie.

2- Apparition

Si la personne plonge, c’est pour rapporter à la surface de petites choses.
Elles étaient là, mais on ne pouvait pas deviner leur existence.
Parfois pire, on ne les voyait plus. Elles faisaient partie du papier peint quotidien :
éléments mis à plat, devenus simples motifs, dépourvus des aspérités qui accrochent
notre attention.
Ce sont pourtant de véritables trouvailles, parfois sans fonction précise, mais dignes d’être
repêchées.
Grâce à cette personne, ces pépites trouvent une place, un regard, des mots, un rythme.
Elles créent les jalons d’un chemin plus lumineux, comme décoré par quelques loupiotes
en couleurs.


Un son : Domenique Dumont – Le Soleil dans le monde, un duo letton composé d’Arturo Liepins et Anete Stuce, et qui sonne comme Sébastien Tellier.

Un texte : Marion Bonneau

Un visuel : Benjamin Oustry