L'Escamoteur - Un son, un texte, un visuel > Le Sonotone > SP1200, le retour de quoi au juste ?

SP1200, le retour de quoi au juste ?

Pete Rock a sorti en avril dernier un album intitulé Return Of The SP1200. Le retour de quoi ? Et qui est Pete Rock d’ailleurs ? La SP1200, c’est une machine inventée en 1987 qui permet d’avoir au même endroit un séquenceur pour les kicks et une banque de données pour les samples*. Pete Rock c’est un producteur de hip hop qui a magnifié la machine.

SP1200 et E mu systems

Été 72, quatre étudiants californiens fondent l’entreprise E mu systems. Ils font des synthés et des puces et ont de la suite dans les idées. Après un court passage en 1980 à la convention AES, ils voient des samples chers et se disent qu’avec leur technique ils pourraient produire aussi bien tout en étant plus accessible.

Ils sortent quelques années plus tard le Drumulator, premier séquenceur de batterie disponible pour moins de 1000 $$$$$$. Surtout, en 87 ils sortent la SP1200 qui va devenir la coqueluche de ces messieurs les producteurs de hip hop.

SP1200 et durée d’échantillonnage

La SP1200 a plusieurs avantages. Tout d’abord, Elle réunit en un seul et même objet le sampler et le séquenceur de batterie. Ensuite, c’est pas une trop grosse machine qui se transporte sans trop galérer.

Mais mais mais. Ce n’est pas cet aspect pratico-pratique qui a fait son succès. La SP1200, c’est une machine qui permet de sampler apparemment une durée de seulement 2,5 secondes, ce qui est relativement bref convenons-en.

Les producteurs ne s’arrêtent pas à ce détail et le contournent easy peasy. Samplant des 33 tours, ils les jouent en 45 tours et les pitchent au maximum pour que la séquence de 2,5 secondes soit la plus riche possible. On enregistre alors au moins 5 réelles secondes du morceau, elles sont juste très accélérées.

Ce qu’il suffit de faire, c’est de ralentir le sample une fois qu’il est dans la boîte. On a alors le morceau originel empreint d’une sonorité bien particulière étant donné qu’on a compressé le bousin. Cette sonorité, c’est celle de Pete Rock – et de plein d’autres d’ailleurs – mais écoutez plutôt et découvrez encore une fois comment les faiblesses téqueniques sont déjouées pour devenir des forces.

*Sample signifie échantillon en français. Littéralement, on prend un échantillon qu’on met en boucle pour l’allonger. Pensez au The Breaks de Kurtis Blow puis écoutez Good Times de Chic puis vous saisirez la chose. L’idée peut être d’allonger un break, comme on le faisait au début du hip hop en synchronisant deux vinyles pour les faire passer à la suite. Le hip-hop a suivi les évolutions techniques et l’art du sample a ainsi évolué avec son temps.

Signatures et crédits :

Le son : l’album de Pete Rock est dispo tout partout, vous voyez d’ailleurs sa pochette en couverture de l’article.

Le texte : Nils Savoye

Related posts

Comment