[Des textes pour l’ARN #17] La belle Honfleuraise et le requin

Le requin de Nelly et Eric pour l'ARN

Depuis novembre dernier, les archives de l’Atlas des Régions Naturelles (ARN) sont disponibles sur internet. Il s’agit de milliers de photographies prises par Nelly Monnier et Eric Tabuchi sur les routes de France au cours des dix dernières années. Nous avons lancé un appel à contribution où on vous propose de choisir une photo, d’écrire, de trouver une musique et de nous envoyer le tout par mail. Voici la dix-septième contribution que nous avons reçue, co-écrite par Marion Bonneau et Charlotte Saudin. Si vous souhaitez proposer la vôtre, envoyez-la à contact@lescamoteur.fr (plus d’informations ici).


Après deux mois d’absence, j’ouvre ma boîte aux lettres. Il y a encore des gens que j’aime qui prennent le temps du papier et de l’encre. Ce petit coffre métallique reste un lieu de surprise, où se déposent de douces attentions : des cartes aux provenances plus ou moins exotiques sur fonds parfois un peu kitsch. J’ai pour habitude de tendre les yeux vers cette fente sombre dans un espoir quotidien, souvent déçu, mais que je ne sais pas vain.

Après deux mois, évidemment, il y a de quoi faire.  
Une carte m’attendait. Elle sent le rhum et le soleil. 
Je laisse de côté tout le courrier, je me plonge dans ce récit. Celle qui écrit a le conte facile. Je pourrais l’écouter à l’infini. On la lit chaque fois qu’elle part. Elle nous décrit les quatre coins du monde, elle sait qu’elle nous retrouvera, toujours là. 

Je lis la carte et je n’ai qu’une image en tête. 
La belle Honfleuraise et le requin : ce titre de fable ne m’évoque ni le sable fin, ni les eaux turquoises. 
Je vois très nettement une photographie de l’Atlas des régions naturelles…


Saint-Martin, 18 décembre 2020

Salut les loups !

On m’a dit que j’avais des “origines”. Je suis donc allée vérifier aux Antilles si je trouvais trace de mes ancêtres.

Je n’ai rien trouvé à Saint-Martin. Les locaux n’ont pas l’air de me trouver typique, même si l’air marin et l’humidité ont fait friser mes cheveux à la créole et les ont raccourcis de 10 centimètres.
Je ne perds pas espoir, il me reste la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion à explorer.
Cette histoire d’origine m’a joué des tours. J’ai cru arriver dans un environnement familier et ne me suis donc pas méfiée. Résultat : je suis brulée !
Je suis peut-être véritablement Normande, finalement.

Pour l’anecdote : un requin a mangé une fille la veille de notre arrivée sur la plage dont je vous écris. La baignade est donc interdite jusqu’à nouvel ordre ! 
Moi, je cherche le requin dans les vagues, évidemment. 

Je vous embrasse, 
Charlotte 


UN SON : Lors d’une conférence de presse, John Lennon et Paul McCartney répondent que leur chanteur américain préféré est Harry Nilsson, alors encore inconnu. Ayant fait très peu d’apparition sur scène, cet homme discret à la voix étendue (trois octaves et demie !) nous a tout de même laissé ses conseils cocktail. Coconut sort en 1971 sur l’album Nilsson Schmilsson. 

UN TEXTE : Une carte postale de Charlotte Saudin envoyée dans la boîte aux lettres de Marion Bonneau

UN VISUEL : Un requin hontfleurais photographié par Nelly Monnier et Eric Tabuchi dans le cadre de l’Atlas des Régions Naturelles.